Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Evaristo Felice Dall'Abaco (1675-1742)-compositeur

Evaristo Felice Dall'Abaco (1675 Vérone - 1742 Munich) est un compositeur de musique baroque d'origine italienne, injustement oublié d'un certain nombre de dictionnaires et d'encyclopédies. Dall'Abaco est tout d'abord influencé par son maître Torellli (1658-1709) puis par Corelli (1653-1713) qui venait de porter à son apogée le concerto grosso. Mais dès 1704, en devenant un musicien important de la cour de l'électeur de Bavière Maximilien II à Munich, Dall'Abaco doit suivre son bienfaiteur à l'occasion de la guerre de succession de l'Espagne. Commence alors un périple qui conduit sa musique et ses oreilles sur les chemins tumultueux de l'histoire de l'Europe des années 1700-1715, c'est à dire très exactement à fin du règne de Louis XIV. Ces périgrinations, qui enrichissent sa musique, expliquent surtout son évolution formelle et stylistique: des premières sonates où sont encore distinctes les sonata da camera ( de chambre) et les sonata da chiesa (d'église) -comme le faisaient ses prédécesseurs italiens-, jusqu'au chef-d'oeuvre final de l'opus 6 publié seulement en 1734.

https://youtu.be/AoY4VDduMkE ( Dans l'interprétation d'Il Tempio Armonico, très juste dans l'esprit, élégante, noble et équilibrée.)

Dall'Abaco : quel parcours pour quelles évolutions?

1704 : Munich. Dall'Abaco est encore sous l'influence de Corelli. Dès la guerre de 30 ans, la Bavière est le bastion de la contre-réforme, fidèle à l'Eglise catholique et opposée à l'Allemagne du nord, luthérienne. La musique ne saurait donc y être austère et empreinte de religiosité, a contrario des prédécesseurs de Bach: la ligue catholique du sud de l'Allemagne est baroque, comme l'Italie et la France, comme le sera très vite l'Angleterre de Handel...

1704-1709: Pendant la guerre de succesion de l'Espagne, l'Autriche, ennemie de la France et alliée de l'Angleterre, provoque la fuite de la cour de Bavière à Bruxelles puis à Mons. Dall'Abaco rencontre alors le compositeur français Henry Desmarest, lui même en exil: première influence de la musique française.

1709-1711: Il faut se réfugier à Compiègne, à Paris, puis à Versailles. Dall'Abaco y entend la musique des Lully, Delalande, Couperin, Charpentier...

1715: retour à Munich dont Maximilien II et son successeur Charles Albert entendent faire une capitale des arts et de la musique baroque, à la pointe de leur époque. Dall'Abaco est alors obligé d'adapter sa musique à une nouvelle période artistique, ce qui l'amènera à être parfois en avance sur son temps.

En 20 années de voyages forcés en Europe, Dall'Abaco aura progressivement fait fusionner la sonate da camera et la sonate da chiesa en contribuant à établir la forme sonate dans son architecture définitive (présence de deux thèmes distincts dès l'opus 3). Sous l'influence des français, il introduit de nouvelles danses dans ses compositions (le rondeau et le passe-pied notamment) et donne de l'importance à plusieurs instruments à vents ( flûtes, hautbois, basson). La rigueur contrapuntique de l'opus 2 cèdera la place à un style de plus en plus moderne et inventif (opus 5 et 6). L'ensemble de la composition devient très travaillée et détaillée, chaque instrument prenant de l'indépendance.

Au final, écoutons ce chef d'oeuvre de l'opus 6 par le Tempo Armonico: fraîcheur et vivacité, surprises et inventivité, noblesse et élégance, sensibilité et finesse, architecture d'ensemble et beauté du détail. Pas de virtuosité excessive (parfois inutile chez son contemporain Vivaldi), pas de musique au kilomètre (le principal défaut des baroqueux). Un moment de perfection, en avance sur son temps, pas encore une symphonie concertante de Mozart, mais un premier jalon...

La Bavière, l'Italie et la France alliées dans la guerre, marraines d'un grand compositeur méconnu.

Tag(s) : #Musique

Partager cet article

Repost 0